La première phase s’achève sur un satisfecit partagé

C’est le jeudi 25 novembre 2021, au cours de la séance de travail avec les juges de la Cour des Comptes Communautaire et les responsables de la chaîne financière, que le Président de la Commission de la CEMAC a exprimé sa satisfaction sur le déroulement de la mission de contrôle effectuée par les membres de cette institution.

Un sentiment largement partagé par la Cheffe de mission, qui n’a pas manqué de dire sa gratitude pour l’accueil et les conditions de travail mises à leur disposition. Prenant la parole à l’ouverture de cette réunion, Mme Clementine Fanga Napala est revenue sur l’objectif de la mission qu’elle a conduit du 18 au 25 novembre 2021 au siège provisoire de la Commission à Malabo. << M. le Président nous avons tenu à vous rencontrer au terme de notre mission pour vous expliquer son objet et les conclusions >> a-t-elle déclaré. En effet, il s’est agi pour les juges de la Cour des Comptes de déterminer la régularité des recettes et des dépenses, et d’analyser le bon emploi des crédits. Ainsi, les comptes de la Communauté, de la Commission, du Parlement et du FODEC ont été passés au crible par les juges financiers pour les exercices 2019 et 2020.
Pour cette première phase de la mission, la Juge a souligné que :<< Ce contrôle s’inscrit dans une procédure non juridictionnelle. Cette mission vise à promouvoir la culture de réédition des comptes et a consisté à collecter les données qui serviront à la production d’un rapport >>. Avant de conclure, la juge a remercié à nouveau le Président de la Commission qui a facilité les travaux de cette mission en permettant que les juges puissent accomplir leur travail en toute sérénité par les auditions des responsables financiers et la transmission des documents comptables.

En réponse, le Président de la Commission de la CEMAC a remercié les juges pour le travail abattu et a estimé normal que le Cour des Comptes de la CEMAC fasse son travail. En insistant sur l’aspect pédagogique de cette mission, le numéro un de la Commission a réaffirmé son entière disponibilité à mettre en œuvre les résolutions émanant du rapport qui en découlera. << Je suis impatient de recevoir votre rapport car au contact de vos recommandations, s’il y’a des erreurs dans nos procédures, nous allons rectifier le tir. Ce d’autant plus que nous devons montrer l’exemple dans la gestion des deniers de la Communauté >>.
Par ailleurs, le Pr Daniel Ona Ondo a interpellé les membres de la Cour sur les graves manquements qui, s’ils persistent, pourraient mettre en danger l’existence même de la communauté. En premier, le Président de la Commission a évoqué la rétention de la Taxe Communautaire d’Intégration (TCI). << La TCI ne rentre pas pourtant c’est une recette affectée. Cette année nous n’avons recouvré que 17% du montant attendu. Et je vous informe que, jusqu’à présent, nous avons pu tenir parce que deux pays reversent régulièrement la TCI >> a-t-il déploré.
Deuxième écueil qu’il a relevé, c’est la problématique des compétences. En effet, le Président de la Commission a regretté les mauvaises pratiques qui ont la peau dure et freinent le bon fonctionnement de l’institution, notamment l’absentéisme de certains cadres de la maison. Pour lui :<< Il est intolérable que des responsables se répandent dans la presse pour ternir mon image et celle de l’institution qui les rémunère si généreusement, quand ils ne brillent que par leur absence au poste de travail pendant un voire deux ans. Comment allons nous relever les défis de l’intégration dans ces conditions >>.
Enfin, il a invité les juges à lutter contre toute forme de communautarisme au sein des institutions de la CEMAC. Le communautarisme qu’il a qualifié de << teigne pour la Communauté >>, ne devrait plus avoir lieu d'être. A la place, le Président de la Commission a souhaité que la solidarité soit de mise et que tout le monde travaille dans un esprit de fraternité. En conclusion, il a prodigué de sages conseils à l’endroit des membres de cette juridiction financière en ces termes :<< Vous avez un rôle important à jouer et je sais que l'ouvrage est difficile mais c’est ensemble que nous pourrons relever les défis >>.

Photo famille CourComptes-CommissionCemac