Clôture du sommet extraordinaire des Chefs d’Etat de la CEMAC

Les rideaux viennent de tomber sur le sommet extraordinaire des Chefs d’Etats de la CEMAC tenu le 30 juillet 2016 à Malabo en Guinée Equatoriale. Déjà il faut savoir qu’ils s’étaient quatre chefs d’Etats et deux premiers ministres à ce sommet.

L’ordre du jour des Chefs d’Etat et de Gouvernement était focalisé principalement

-      la question de l’état des négociations de l’Accord de Partenariat Economique (APE), entre l’Union Européenneet la Configuration Afrique Centrale.

-      la question de l’exécution de la feuille de route du Président en exercice de la CEMAC, notamment la finalisation du Programme de Reformes Institutionnelles de la Communauté

-      laconjoncture économique et financière en zone CEMAC, et

-      la situation politique de la République Centrafricaine.

Abordant le dossier relatif aux négociations APE, la Conférence a pris acte du rapport du Comité Ministériel des Négociations APE (COMINA) tenu le 22 juillet 2016 à Libreville. Tenant compte des propositions par le Conseil des Ministres.

Le Parrain des négociations, le Gabonais Ali BONGO ONDIMBA a été sollicité pour entreprendre les démarches nécessaires auprès des Autorités du Cameroun, de concert avec la partie européenne, en vue de poursuivre les négociations dans un esprit de solidarité entre les Etats. Les conclusions de ces négociations devraient permettre d’aboutir à un Accord régional complet, équilibré et équitable au plan commercial et financier, capable d’accompagner le développement de la région.

Le passage en revue de la question de l’exécution de la feuille de route du Président en exercice de la CEMAC a permis de constater les avancées bien qu’ils ont reporté l’examen de l’aspect de la finalisation du Programme des Réformes Institutionnelles de la CEMAC leur prochaine session.

Abordant le point sur laconjoncture économique et financière en zone CEMAC, les Chefs d’Etat et de Gouvernement ont relevé le caractère particulièrement préoccupant de cette situation, en raison de l’effondrement des cours des matières premières. La Conférence a décidé de la mise en place d’un Programme de Réformes Economiques et Financières de la CEMAC (PREF-CEMAC), placé sous la présidence de son Excellence Denis SASSOU-N’GUESSO, Président de la République du Congo. Ce Programme s’appuiera sur un Comité de Pilotage (COPIL) comprenant les représentants de certaines structures communautaires et des Etats membres.

Tout en felicitant l’initiative de l’organisation d’une table ronde des Bailleurs de fonds à Bruxelles le 17 novembre 2016 les Hautes autorités de la sous region on sollicité la mise en plan d’un plan d’engagement plus robuste des forces déployées sur le terrain. A cet effet, la Conférence a adopté le principe de l’admission des éléments des forces armées centrafricaines dans les différents centres d’instruction des Etats membres de la CEMAC.

La Conférence a également décidé :

1.   d’apporter un soutien supplémentaire de quatre milliards de francs CFA à cette République sœur, à la charge du Cameroun, du Congo, du Gabon et de la Guinée Equatoriale, en vue du démarrage de son programme de Désarmement, de Démobilisation et de Réinsertion (DDR) ;

2.   de rétrocéder à la République Centrafricaine le remboursement de l’avance faite aux États sur le Fonds Spécial d’Intégration, soit cinq milliards de Francs CFA ;

3.   de charger la BDEAC de jouer un rôle particulièrement actif dans le financement de projets mentionnés au Programme de Relance Économique du Gouvernement de la République Centrafricaine ;

4.   de l’octroi, par la Banque centrale, d’une avance exceptionnelle de neuf milliardsde francs CFA ;

5.   de la consolidation de la dette de la RCA envers la Banque centrale ;

6.   d’étudier la création d’un fonds fiduciaire propre à la remise à flot des secteurs sociaux de base et à la relance des secteurs économiques prioritaires ;

7.   d’ériger un Observatoire de Crises qui soit en mesure d’accompagner le relèvement de la République Centrafricaine mais qui soit tout aussi appelé, pour l’avenir, à faciliter le règlement des conflits qui pourraient survenir au sein de la Communauté.

Il est a noté que la Conférence a décidé d’attribuer les postes ci-après au sein de la BEAC aux Etats membres concernés, à pourvoir suivant les procédures en vigueur :

1.   Gouverneur : République du Tchad, à partir de janvier 2017 ;

2.   Vice-Gouverneur : République du Cameroun ;

3.   Secrétaire Général : République gabonaise ;

4.   Directeur Général du Contrôle Général : République centrafricaine ;

5.   Directeur Général de l’Exploitation : République du Congo ;

6.   Directeur Général des Etudes, des Finances et des Relations Internationales : République de Guinée-Equatoriale.

Le poste de Président de la Banque de Développement des Etats de l’Afrique Centrale (BDEAC), qui devrait être vacant d’ici la fin de l’année a  été attribué à la République de Guinée Equatoriale au terme du mandat du Président actuel.

Au finish, ils ont réitéré leur solidarité autour des candidatures sous régionales uniques aux postes de Directeur Général de l’ASECNA et de Directeur du Département Afrique du FMI.

Lire l'intégralité du Communiqué final

Commission de la Communauté Économique et Monétaire de l'Afrique Centrale
Immeuble CEMAC, Avenue des martyrs - BP 969 - Bangui - République Centrafricaine
Tél : (+236) 21 61 47 81 - fax : (+236) 70 14 15 66